En 2018, 70% des 3,8 milliards emails envoyés à travers le monde contenaient au moins un élément spammant.
En 2019, on estime que plus de 1 000 milliards d’emails auront été échangés chaque jour dans le monde ! La très grande majorité d’entre-eux n’échapperont pas aux filtres anti-spam et n’arriveront même pas dans la boîte Indésirables.

Au final, même si la sélection est supérieure à celle des spermatozoïdes, très peu d’emails auront la chance d’arriver à destination.

Les FAI et les clients de messagerie sont à la pointe du filtrage ! Pour vous donner une idée, c’est comme essayer de rentrer au Nikki Beach en tong un soir d’août… il vaut mieux connaître les codes et être bien accompagné !

Adventure conseil vous explique comment soigner votre Dress Code pour ne pas rester à la porte de la boîte… mail ! 😱

Pour cela vous devrez notamment prêter attention au contenu, au format, au code HTML, au poids et bien sûr à votre réputation !

Nous avions déjà évoqué le sujet Spam du point de vue de l’intégration dans un précédent article « Délivrabilité de vos emails… Objectif INBOX ! ».

Concentrons-nous aujourd’hui sur le contenu et les éléments spammants susceptibles de vous renvoyer direct au camping, les tongs sous le bras !

Le Sender, l’Expéditeur: « Soyez-vous-même ! »

Les filtres anti-spam ont de la mémoire et conservent les historiques de campagne. Soyez attentifs à toujours garder le même nom d’expéditeur. Utilisez le nom de votre société, de votre marque ou mieux encore, personnifiez-le avec le nom d’une personne.

Le Wording « le poids des mots… »

Ayez bien à l’esprit que les filtres se basent aussi sur une analyse sémantique. En gros le videur aime bien qu’on lui parle gentiment, mais faut quand même pas exagérer ! Trop ou pas assez, le choix du vocabulaire est déterminant pour votre Spam Score.

Commencez-donc par éviter les gros mots ou les « Spam Words » dans notre jargon (prendre l’accent du sud du commentateur sportif pour prononcer « notre jargon » – quand on vous dit que le style est important – mais nous allons y revenir un peu plus tard !). Évitez les Spam Words donc… une liste de mots ou expressions surveillés par les Fournisseurs de messagerie.

Cette liste est infiniment longue et en constante évolution. Alors on vous aide un peu…

Voici quelques exemples de ces termes « à risque » regroupés par catégories :

Les visuels « … le choc des photos ! »

Veillez à respecter un bon ratio image / texte de 60% / 40%. Et pas la peine de vous travestir non plus : les filtres anti-spams n’apprécient pas beaucoup les images. Ils pensent que vous essayez de les tromper en dissimulant des éléments textuels. En toute logique, ne faites donc pas de full image !

L’orthographe et le Style d’écriture « Pas de fautes ! »

On se replonge mentalement dans les dictées de madame Bourillon, votre prof de français de 6ème D et on soigne son Français ! C’est bien connu, les Spammeurs font des fautes, donc pas vous. Donnez du sens à vos textes et écrivez correctement.

Règle N°1, on se relit et on n’abuse pas :

 – Des symboles

 – De la ponctuation (!!!)

 – Des phrases non structurées.

 – Des majuscules. On les garde évidemment en début de phrases MAIS ON N’ÉCRIT PAS TOUT SON TEXTE EN MAJUSCULES ! Il n’est cependant pas interdit d’intégrer un titre ou un Call-to-action en lettre capitale si vous le souhaitez.

Le lien de désabonnement « ne me quitte pas… »

Intégrez toujours un lien de désabonnement dans votre email. Sans lien, c’est le voyage sans retour dans les spams. Sans oublier l’internaute qui, non intéressé par votre communication, va chercher ce fameux lien et vous envoyer direct dans les Spam s’il ne le trouve pas. C’est d’autant plus le cas dans l’emailing d’acquisition où l’on s’adresse à une cible prospect.

Mais attention, il est vrai cependant que chaque boîte mail est différente et que si Gmail vous laisse entrer, il n’est pas certain qu’Outlook en fasse de même !

Prenons Gmail par exemple. Google emploie un filtrage comportemental qui analyse les réactions des internautes face à vos communications. Ouvertures, clics, téléchargement, désabonnement, etc… Par exemple si l’un de vos prospects n’ouvre pas plusieurs fois d’affilées vos emails, il est fort probable que vous arriviez la fois suivante directement dans les Spams.

Mais soyez fort et gardez confiance ! A priori, en tenant bien compte de nos petits conseils, sans aller jusqu’à vous faire la bise, le videur « anti-spam » devrait vous laisser entrer ! Et à vous le Dance Floor !

Articles récents

Stratégie d'acquisition
30 juillet 2019

Organiser un jeu concours pour animer vos bases : à vous de jouer !

Design
23 juillet 2019

MODE : 17 exemples d’emails prospect performants

ActualitéInfographies
8 juillet 2019

5 points clés pour collecter des leads 100% RGPD compliant

Intégration et délivrabilité
5 juillet 2019

Affichage cassé en inbox : les erreurs à éviter dans le code HTML de vos emails